AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partenaires

Logo Xeester

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Le Small Ball: attaquer mou pour rendre fou !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
2Aces
Admin
Admin
avatar

Messages : 271
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 42
Localisation : objat

MessageSujet: Le Small Ball: attaquer mou pour rendre fou !   Mar 6 Juil - 14:19

La spécialisation du poker suit son cours. Après les styles tight agressif (TAG) ou loose agressif (LAG), un nouveau style voit le jour : le small ball. Il s’agit d’une variante du style LAG qui consiste à avoir une fréquence d’attaque pré-flop et au flop très élevée. Mais, spécificité du genre : la hauteur des mises sera systématiquement petite... Le but : avoir souvent l’initiative, protéger son tapis et déboussoler ses adversaires, des plus passifs aux plus actifs.


En principe, la théorie précède les exemples pratiques, mais dans le cas très particulier du small ball, une main commentée vaut mieux que de longs discours... Pour introduire le concept, j’ai choisi de l’illustrer à l’aide d’une main – fabriquée de toutes pièces ! –, typique du coup small ball qui se passe bien...

Les blindes sont de 2$/4$, les tapis effectifs sont de 400 $.

Nous sommes au cut-off avec [Kc][10k]. Les premiers joueurs ont passé, nous relançons à 10 $. Notez au passage que la relance standard du small ball est de 2,5 fois la blinde. Seul le gros blind suit.

Il y a 22 $ au pot.

Flop: Ap 8c 2k

Notre adversaire checke. Nous misons 12 $. Il paye encore.

Le principe de base du small balleur est de faire 100% de continuation bet. Le flop est néanmoins particulièrement favorable à l’attaquant car il contient un As que nous pouvons représenter. Notons la hauteur de la relance limitée, environ la moitié du pot, qui est caractéristique du style Small Ball.

Il y a 46 $ au pot.

Turn: Rt.

Check adverse. Nous misons cette fois 22 $.

Devant une défense passive, la première vraie décision arrive au turn. Ici, nous venons de toucher une bonne carte : le Roi. Nous détenons une grosse paire et c’est le très classique : « loin devant ou loin derrière ». En effet, si nous avons un meilleur jeu que notre adversaire, celui-ci a au mieux 5 outs pour nous battre (c’est-à-dire pour trouver deux paires), et inversement. Nous pourrions checker pour induire un bluff à la river, mais notre adversaire détient soit un mauvais As soit une paire moyenne (floppée ou en main), et dans les 2 cas il ne tentera pas le bluff du désespoir à la river car espérera le plus souvent remporter le coup à l’abattage. Si le flop avait contenu un tirage couleur, notre décision aurait été plus délicate. La mise de 22 $ est une sorte de blocking bet (en anticipation de l’action à la river) qui a l’avantage de :

1- Faire passer un mauvais As

2- Perdre le moins possible contre un gros jeu, car après cette mise nous ne mettrons plus le moindre jeton dans le coup.

3- Sembler menaçante et peut représenter une invitation à être payé avec une grosse main.

Il y a 90 $ au pot.

River : 2p

Notre adversaire checke, nous checkons également.

Nous remportons le coup face à [8p][7p]. Un value bet ici serait contraire au principe « petite main, petit pot ». Une mise à la river serait un bluff destiné à faire passer Ax, et il faudrait dans ce cas miser environ 75 $. Cet possibilité est à réserver aux experts qui ont une lecture très fine : « il a Ax, il va passer sur une mise conséquente ». Dans cet exemple, nous jouons standard : check pour encaisser contre une paire moyenne curieuse et précisément appâtée par la taille modérée des mises...

Le concept clé du Small Ball est de jouer beaucoup de petits coups dans lesquels nous allons privilégier la prise d’initiative et la position au détriment de la qualité de notre main de départ. En deux mots : on attaque plus petit mais on attaque plus souvent. Si nous faisons face à une défense passive, nous allons faire 100% de petits continuation bets au flop, d’une valeur de 50 à 60% de la hauteur du pot. Ce style de jeu nous permettra donc de jouer des coups développés où nous pourrons créer des espaces de jeu techniquement difficiles pour provoquer des fautes chez nos adversaires.

En générant autant d’action, nous allons provoquer trois types de réaction chez nos adversaires : certains vont s’en trouver « pacifiés » et cesseront de vraiment jouer, d’autres vont tilter en payant des grosses relances avec des mains faibles, les derniers (assez rares, heureusement !) feront les ajustements nécessaires pour contrer notre style de jeu. Bien entendu, face à des adversaires non observateurs, la bonne vielle méthode de jeu serré agressif se révèlera bien plus simple et largement suffisante pour assurer la victoire sur le long terme.


Les 7 règles d’or du Small Ball

Evidemment, pour optimiser l’impact du jeu small ball et le rendre pleinement efficace, il faut veiller à remplir certaines conditions.


Règle numéro 1: le small ball est réservé aux joueurs expérimentés

Le style Small Ball permet de démultiplier la profitabilité sur les adversaires que nous dominons techniquement. Plus notre avantage technique est grand par rapport à nos adversaires, plus nous augmenterons notre taux de réussite en appliquant le style small ball.
Imaginez une partie ou vous arrivez à lire très précisément vos adversaires : il est clair que dans cette situation, jouer 100% des coups ne peut que s’avérer profitable !


Règle numéro 2 : le small ball se joue deep stack

Un des principes du jeu Small Ball est de provoquer des fautes chez nos adversaires. Nous les poussons à prendre plus de décisions au flop et au turn, mais nous devons également les pousser à commettre des erreurs plus coûteuses. La profondeur de tapis est indispensable pour que ce style de jeu ait du sens. Ceci s’explique plus simplement : quand on mise 20 $ avec une profondeur de 400 $, notre enchère est plus dissuasive qu’avec un tapis résiduel de 80 $ !


Règle numéro 3 : le small ball se joue avec la position

Pour compenser la qualité réduite de nos mains de départs, nous compensons par la prise d’initiative, un tapis important qui vient soutenir notre technique, et surtout par un avantage de position. Lorsque le coup n’est pas relancé, les techniciens qui jouent small ball ont une fréquence d’attaque au bouton et au cut-off ahurissante (de l’ordre de 80% !)


Règle numéro 4 : favoriser les mains à potentiel

At6c est-elle une main plus forte que 10kVk ? Oui, si nous sommes short stack et que nous jouons un coup à tapis avant le flop. En revanche, si nous avons de la profondeur et que le coup doit être développé derrière, au flop, au turn et à la river, la main connectée et assortie va globalement rapporter bien plus qu’un As mal kické.
Puisque le small ball se joue deep stack et avec la position, il est en effet logique de favoriser la « jouabilité » de la main post-flop par rapport à sa valeur brute et absolue pré-flop. Les mains connectées et assorties gagnent ainsi en valeur car elles procurent des opportunités de faire des semi-bluffs à tirage (quinte ou couleur) au flop ou au turn.


Règle numéro 5 : ne pas s’accrocher à la paire

Il faut savoir lâcher sa main ! Ce qui vous coûtera le plus cher si vous adoptez, dans certaines conditions, le style du Small Balleur, ce sont les paires. En effet, vous aurez rarement un bon kicker et un jeu final d’une paire avec sept cartes est rarement suffisant pour remporter un gros pot.

Si vous êtes relancé et que vous avez floppé une paire moyenne, voire la top paire mais avec un kicker médiocre, abandonner le coup contre la plupart de vos adversaires sera la meilleure ligne de jeu.


Règle numéro 6 : Savoir profiter du tilt de ses adversaires

Sur la durée, les joueurs finiront par être excédés par nos relances répétées et n’en plus supporter la pression. Quand leur point de rupture sera atteint, ils « craqueront » et céderont au tilt. Ce qui, concrèrtement, se traduira par une relance en bluff ou un call avec une main très faible. Il faut sentir le moment oùils atteignent ce point de rupture et calibrer nos mises et nos calls en fonction du moment.


Règle numéro 7 : ne pas se décourager !

Si vous perdez tous les coups en vous faisant relancer par des joueurs passifs alors que vous ne touchez pas une main, ne vous découragez pas! Si toutes les conditions sont réunies pour que le style fonctionne, vous devez continuer à asphyxier et éreinter vos adversaires par de petites relances.

Comme tout système au poker, l’efficacité du Small Ball est dépendante de la distribution des cartes : il ne faut pas se formaliser d’une mauvaise séquence...


Le small Ball en tournoi ?

Une fois de plus, commençons par un exemple... Je me souviens d’un coup joué par l’une de nos légendes vivantes européennes : Carlos Mortensen. Lors de l’EPT Grand Final de Monaco 2007, il se trouve à un moment opposé à un ami toulousain, qui joue un style vielle école. Les blindes sont de 300/600 avec 50 d’ante, le tapis de Mortensen est de 60K, la moyenne est de 25K. Il a une image très agressive et attaque pratiquement 30% des coups, ce qui est énorme sur une table de 10 joueurs.

Nous vivons le coup du côté de Mortensen, qui découvre Rc8k en premier de parole et relance à 1800. Il est callé par le joueur au bouton : mon ami toulousain, peut-être un peu trop tight passif, notamment sur ce coup. Celui-ci à un tapis raisonnable de 30K. Les blindes passent.

Il y a 4400 au pot.

Flop : Rp 7p 2t

Mortensen mise 3000, son adversaire suit.

Le flop est favorable, la mise de Mortensen est standard. Ce flop améliore nettement sa main, il vient de passer devant les petites paires et les paires moyennes qui n’ont pas trouvé le brelan, et il est peu probable que le défenseur détienne un Roi. Avec AR, il aurait probablement sur-relancé pré-flop. Je pense que face à une relance, Mortensen aurait analysé la situation, décrypté son adversaire et probablement passé en craignant brelan, une paire ou AR. Cette analyse prend naturellement en compte le style particulièrement solide de son opposant.

Il y a 10.400 au pot.

Turn : 6k

Mortensen mise 6000, son adversaire suit encore.

La première décision vraiment importante. Là où le commun des joueurs serai tenté de checker pour contrôler la taille du pot, Mortensen continue son attaque dans un style small ball. Notons que le stack effectif est de 25K pour un pot de 10K. S’il mise plus cher, par exemple 10K, il ne restera que 15K pour un pot de 30K, ce qui induit un jeu simplifié à la river : on ne pourra plus commettre de grosses fautes. La mise de 6K conserve un tapis restant important, rentabilise la main si notre adversaire suit avec une paire intermédiaire et permet de ne pas être complètement impliqué dans le coup en maximisant l’importance des décisions futures.

River : 2c (22.400 au pot)

Mortensen mise 7000. Son adversaire paye et mucke une paire de Valets.

Il reste environ 20K à son adversaire et Mortensen effectue ici une sorte de « value blocking bet ». Il maximise ses chances d’être payé par une main plus faible et conserve de toutes façons 13K ce qui, au level 300/600, est suffisant pour espérer revenir dans le tournoi. Si son adversaire détient une main plus forte que la sienne et qu’il checke, celui-ci misera sans doute et la river lui coûtera quoi qu’il arrive quelques jetons à la sortie…

Les mises de Carlos Mortensen sont typiques du style small ball en tournoi. Dans ce coup, sa stratégie a été un succès total, aidée, il faut bien le dire, par la ligne très passive choisie par mon ami toulousain.


Les obstacles… et les parades

Si, lors d’une partie où vous pratiquez régulièrement le small ball, vous êtes fréquemment sur-relancé, alors vous devrez faire ce qu’on appelle du « 4bet light », c’est-à-dire reraiser vos adversaires avec des mains aussi peu légitimes que A8 ou R10. C’est nerveusement plus difficile mais c’est votre seule chance de pouvoir continuer à être respecté. Vous pouvez également faire du floating avec des mains à tirage lorsque vous êtes deep stack et que vous avez la position. Cette débauche d’agressivité fonctionnera mieux contre les joueurs serrés agressifs que vous avez de bonnes chances de faire passer sans aller jusqu’à l’abattage. Ce type de parties est très difficile à mener et concerne une fois de plus les meilleurs experts du jeu post-flop. Si vous n’avez pas les nerfs pour supporter une telle pression, je vous invite à éviter de jouer small ball sur les tables agressives… ou à changer de table !

Vous rencontrerez un second problème sur les tables très loose : il y aura fréquemment plus de 3 adversaires au flop. Dans ce cas, vous devrez modifier votre univers de mains d’attaque pour favoriser les mains à potentiel et cesser les attaques avec les As moyens non assortis par exemple.

Sur une table de short stackers (les joueurs qui posent entre 20 et 50 grosses blindes), inutile de tenter de jouer small ball. Evitez ces tablesoù le jeu pratiquése rapprochedavantaged’un jeu mathématique biaisé par l’avantage structurel que donnent les petits tapis qu’à du poker.

Pour résumer, si vous ne dominez pas vos adversaires techniquement, il vous reste 3 solutions :

- changer de table

- jouer un jeu serré agressif

- jouer small ball pour le challenge sportif (à réserver aux jeunes joueurs ambitieux !)

Enfin, si vous n’avez aucune chance de faire tilter vos adversaires (cela arrivera sur les tables où vos adversaires ne font pas de profiling), le plus simple sera de ne pas jouer un small ball créatif et de vous contenter d’assurer la victoire avec un style tight agressif de base.

Les premiers niveaux des tournois deep stack sont de bonnes opportunités d’exercer un small ball efficace. Ce n’est pas un hasard si cette méthode de jeu est plébiscitée par les tous meilleurs : Daniel Negreanu, Phil Hellmuth, Phil Ivey... En effet en tournoi, les coups relancés pré-flop sont fréquemment joués en heads up post-flop. Les champions de poker sont des as du jeu post-flop, et jouer small ball leur permet à la fois de multiplier les décisions sans trop mouiller leur tapis, et de rentabiliser au maximum leurs avantages techniques.

source live poker
Revenir en haut Aller en bas
http://objatpokerclub@wifeo.com
 
Le Small Ball: attaquer mou pour rendre fou !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réglages ? Add-on pour rendre FSX le plus réel possible !
» Un ciel Réaliste pour FSX
» [Fan-Art] Images pour rendre hommage au site
» évenement pour rendre le sol glissant
» Tactica: version 1.0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Objat Poker Club :: LE POKER EN GENERAL :: Espace Perfectionnement-
Sauter vers: