AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partenaires

Logo Xeester

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Comment jouer un maniaque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
2Aces
Admin
Admin
avatar

Messages : 271
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 42
Localisation : objat

MessageSujet: Comment jouer un maniaque   Mar 6 Juil - 14:17

Dans le jargon du poker, le maniaque est un joueur ultra-agressif qui mise et relance tout le temps, quelle que soit sa main. Bien qu’il perde de l’argent sur la durée, ce genre de joueur peut se révéler un adversaire redoutable et très difficile à gérer. Et même s’il est toujours un peu risqué de se frotter à un maniaque, une stratégie adaptée vous permettra néanmoins de tirer avantage de ces confrontations.


Vous venez de vous installer à une table et vous ressentez tout de suite une excitation et une tension inhabituelles. Vous ne tardez pas à vous apercevoir que ce malaise ambiant et palpable est causé par un joueur particulièrement actif : il semble ne se soucier ni des autres joueurs, ni de sa position, ni même de ses cartes. Il mise tout le temps, et quand quelqu’un relance avant lui, il surenchérit systématiquement. Vous pensez tout de suite qu’en jouant comme ça, il ne va pas faire long feu. Mais comment tirer rapidement le maximum de profit de la situation sans se brûler les ailes ? Pour mettre au point un plan de bataille adéquat (car c’est bien de cela qu’il s’agit), il faut d’abord comprendre qui est le maniaque, et comment il fonctionne.

Le maniaque est un joueur extrêmement actif qui mise et relance à une fréquence très (trop !) élevée. Il ne connaît pas (ou ignore délibérément) le concept de sélection des mains de départ, et se retrouve très souvent impliqué dans de gros pots avec des mains très marginales, ce qui ne le ralentit pas pour autant. Il peut miser ou sur-relancer pré-flop avec R7, A3, DV, ou des petites paires. S’il n’a pas été relancé pré-flop, il misera au flop quelle que soit sa main et quel que soit le tableau, et vole ainsi beaucoup de pots. Consciemment ou pas, il compte sur la folding equity*, souvent, avec succès. Il est capable de bluffer à n’importe quel stade du coup, sur le flop, le turn et même à la river ! S’il a la position sur vous, il interprétera le plus souvent vos actions comme des marques de faiblesse et misera après un check ou relancera vos mises.

Même si les maniaques perdent de l’argent sur la durée, il n’est pas sans risque de les affronter. En effet, le pot moyen est beaucoup plus élevé quand un maniaque se trouve à votre table. Vous devrez mettre plus de jetons en jeu pour participer à une main. Ils feront augmenter votre volatilité, entraînant une forte variance dans les résultats, ce qui peut être préjudiciable aux petits bankrolls, qui auront plutôt intérêt à les éviter. Mais le jeu en vaut la chandelle si vous en avez les moyens car le maniaque est une source de profit conséquente, à condition d’adopter la bonne stratégie pour le contrer.

Enfin, faites attention à ne pas confondre un bon joueur très agressif avec un maniaque. Certains bons joueurs se sont même fait une spécialité de passer pour des maniaques. Mais même si leurs actions sont proches de celles du maniaque, leur ils sauront se sortir des mauvais coups au bon moment en perdant le minimum. Et quand les pots deviennent très gros, s’ils sont toujours dans le coup, ils ont la meilleure main… contrairement aux maniaques.


« Forces » et faiblesses du maniaque

Pourquoi un joueur adopterait-il un comportement de maniaque, pourtant voué à l’échec ? Sans aborder en profondeur les aspects psychologiques qui le poussent à jouer de la sorte, cette « stratégie », qui relève davantage de la compulsion que d’une quelconque tactique prédéfinie, peut lui donner l’illusion d’être efficace. Tout d’abord, il ne faut pas oublier que le maniaque est un flambeur dans l’âme. Ensuite, son style de jeu lui donne l’impression de contrôler et même de dominer la table. Il arrive d’ailleurs que lorsqu’il ne rencontre pas de réelle opposition, il la domine effectivement. Le maniaque aime être intimidant, et il est très difficile de jouer contre lui de par la tension créée par ses relances permanentes, qui asphyxient les joueurs plus classiques. Il est aussi extrêmement difficile de savoir ce qu’il a puisqu’il joue toutes ses mains de la même manière ! Vous pourrez avoir le sentiment de détenir une meilleure main que lui (et ce sera souvent le cas), mais il sera difficile de mettre tout votre tapis en jeu avec des mains beaucoup plus faibles qu’à votre habitude pour le vérifier. A l’inverse, quand il détiendra un monstre, il a de fortes chances d’être invisible et d’être payé jusqu’au bout !

Mais sa seule vraie force, l’unique en réalité, est la peur qu’il pourra vous inspirer, vous faisant perdre vos moyens si vous n’êtes pas prêt.

L’autre raison principale qui explique qu’un maniaque ne change pas sa façon de jouer est que quand il gagne, il s’agit généralement de montants élevés en comparaison des limites auxquelles il joue. Et l’euphorie de ces victoires significatives et souvent pleines de panache lui procurent une poussée d’adrénaline qui l’électrisent, lui faisant rapidement oublier ses pertes passées.

Mais les faiblesses du maniaque sont criantes et sa stratégie est perdante dans la durée. S’il est difficile de savoir ce qu’il a puisqu’il joue toutes ses mains de la même manière, la plupart du temps, il n’a rien ! C’est un bon point de départ pour le battre non ?

Son absence de sélection de main de départ lui fait investir beaucoup d’argent pré-flop avec des mains marginales qui ne peuvent s’avérer rentables sur le long terme.

D’autre part, si le maniaque aime relancer très fréquemment, il a en revanche horreur de se faire reraiser. Car à la bagarre que cela augure, lui préfère largement la victoire par K.O… Mais le pire, c’est que son jeu, si dérangeant soit-il, reste stéréotypé : il n’a qu’une seule façon de jouer et ne varie jamais.

Une fois que vous avez pris la mesure de ce type d’adversaire, vous pourrez l’affronter froidement, méthodiquement même. Car voilà, leurré par l’image qu’il a de lui-même – puissant, courageux, dominant –, le maniaque ne se remet en général pas en question et ne cherche pas à progresser.


La stratégie à adopter : défense et attaque

Quand on joue face à un maniaque, il y a une chose qu’il ne faut surtout pas faire, c’est jouer de façon passive ! Evitez de limper en début de parole avec des mains moyennes telles que A3 ou 6-7 dépareillés, mains que vous serez obligé de coucher face à une relance – inévitable – du maniaque. De même, mieux vaut ne pas suivre les mises du maniaque pré-flop avec des mains à tirage comme des connecteurs. Vous serez obligé de les coucher lorsqu’il y aura des sur-relances après vous, et vous serez en grande difficulté lorsque vous trouverez un tirage ou une petite paire sur le flop car un tel adversaire misera beaucoup dans tous les cas.

Face au maniaque, il faut défendre ses mains, pour mieux le réattaquer en retour. Comme il relance pré-flop avec des mains souvent marginales, inutile d’attendre trop longtemps la paire d’As pour se frotter à lui ! Au contraire, vous devez élargir le range de mains avec lesquelles vous l’attaquerez. Par exemple, AV ou 88 deviennent des mains avec lesquelles vous pouvez sur-relancer un maniaque (elles sont en effet meilleures que la majorité des mains qu’il relance), alors que face à des joueurs plus serrés, il convient la plupart du temps de se contenter de suivre, voire de passer. En jouant de cette manière, vous essayez d’atteindre deux objectifs simultanés. Le premier est de faire mettre au maniaque le plus d’argent possible alors que vous avez la meilleure main, sachant aussi que votre cote implicite, contre lui, se trouve décuplée.

L’autre objectif est d’isoler le maniaque. On pourrait appeler cette tactique l’endiguement par le reraise. Il faut en effet vous débarrasser des joueurs plus forts ou avec des mains moyennes mais à fort potentiel pour pouvoir tirer le plus de profit possible de votre proie sans risquer de vous faire piéger par les autres.

Le slowplay, qui est une technique très lucrative face aux joueurs agressifs, devient l’arme absolue face aux maniaques. Lorsque vous slowplayez un joueur sans avoir la position, et après avoir checké, le plus gros risque consiste à voir votre adversaire faire de même. Avec un maniaque, pas de danger. Le piège se refermera sur lui sans effort. Il interprétera toujours votre check comme une marque de faiblesse et misera pour essayer de voler le pot. Le risque de donner une carte gratuite à une main à tirage inférieure à la votre disparaît quand un maniaque est dans le coup. Vous devez aussi diminuer vos standards pour slowplayer. C’est le seul genre de joueur avec lequel slowplayer la top paire devient suffisamment profitable par rapport aux risques encourus. Cette stratégie du slowplay intègre des moves plus pointus, et notamment le New York Back Raise (voir Live Poker 11), imparable contre le maniaque !

Vous devez encore affiner cette stratégie globale faite d’attaque et d’embuscades en fonction de la position que vous occupez par rapport au maniaque. Car ici, le choix de la place à la table devient plus crucial encore que d’habitude : être à la droite ou à la gauche d’un maniaque présente des avantages et des inconvénients que vous devez connaître, car ils auront une incidence primordiale sur votre stratégie.

Pré-flop, être à sa gauche est un avantage car vous serez dans une position idéale pour l’isoler. Vous aurez plus souvent l’occasion de le sur-relancer après ses mises, et il sera difficile pour un autre joueur d’entrer dans un pot après deux relances, voire plus si le maniaque puis vous-même relancez encore à tour de rôle. Après le flop, vous aurez la position par rapport au maniaque, ce qui sera un avantage indéniable quand vous aurez réussi à l’isoler. Il est à noter que dans cette position, vos blindes seront mises à rude épreuve puisque le maniaque les relancera systématiquement. Si c’est une situation que vous n’aimez pas ou ne savez pas gérer, laissez quelques places entre vous.

Si vous vous trouvez à droite du maniaque, vous serez alors plus à même de lui tendre des pièges, ainsi qu’aux autres joueurs. Vous pourrez checker vos gros jeux avec la quasi-certitude que le maniaque misera, et le relancer. Lui, mais aussi tous les autres joueurs qui l’auront suivi et qui n’ignorent pas non plus qu’il est capable de miser avec rien, alors qu’ils n’auraient pas suivi une mise initiale de votre part. En revanche, vous aurez beaucoup plus de mal à l’isoler et la présence d’autres joueurs entre le maniaque et vous vous empêchera de le manipuler aussi efficacement que si vous étiez juste à sa gauche.

Enfin, même si le maniaque doit être votre principal centre d’attention, restez néanmoins vigilant aux autres joueurs de la table. Car si vous avez identifié le maniaque, vous n’êtes sûrement pas le seul ! Certains joueurs se rendront compte de votre tactique visant à l’isoler et prendront alors avantage de cette information. Veillez à être discret dans la mise en œuvre de votre plan et à être toujours conscient de l’image que vous projetez.


De l’importance de l’image

En effet, la perception que les autres joueurs ont de vous est primordiale dans votre façon d’aborder une partie. Et si par hasard vous l’ignorez encore, reportez-vous à l’article pp. 70-74 ! Mais revenons à notre maniaque. Si vous jouez contre lui de façon agressive tout en sélectionnant soigneusement vos mains et en déployant toutes vos armes après le flop, il y a de grandes chances pour que vous dominiez tôt ou tard la table après lui avoir infligé une sévère déculottée. Vous serez reconnu comme un joueur de qualité, à la stratégie bien rôdée, qu’il ne craint pas d’appliquer même lorsque les montants en jeu sont importants. Vous pourrez alors tirer profit de la situation en prenant le contrôle de la table.

Si vous constatez au contraire que la table vous considère maintenant comme étant trop loose (ils vous ont vu sur-relancer le maniaque avec des mains moyennes comme AV ou paire de Sept), réadaptez votre stratégie en conséquence et resserrez votre jeu. Il y a fort à parier que les joueurs (ou du moins la majorité d’entre eux) ne se rendront pas compte de ce changement de tactique et vous en ressortirez encore plus gagnant.

source live poker
Revenir en haut Aller en bas
http://objatpokerclub@wifeo.com
 
Comment jouer un maniaque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment jouer en reseau sur PS2 ?
» Comment jouer avec 3 ecrans
» Comment jouer convenablement à DooM 3 en Low ?
» Comment jouer les eldars noirs ?
» Comment jouer avec des ISO.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Objat Poker Club :: LE POKER EN GENERAL :: Espace Perfectionnement-
Sauter vers: